Qu’est-ce que le THC ?


Le THC est un composé chimique naturel présent dans la plante de cannabis. C’est un composant aux multiples usages médicinaux qui ont été étayés par des preuves scientifiques et ont permis le développement de médicaments.

introduction

Ces dernières années, l’usage du cannabis a connu un essor mondial sans précédent, principalement secondaire à la légalisation de son usage médicinal dans des pays comme les États-Unis, le Canada et l’Uruguay.

L’un des effets positifs de la légalisation est qu’elle favorise la recherche et qui, à son tour, a conduit certains professionnels de la santé à la proposer comme une alternative naturelle aux traitements traditionnels pour soulager des conditions telles que la douleur chronique, les troubles du sommeil, le trouble de stress post-traumatique, anxiété et stress.

Lorsque nous nous interrogeons sur les qualités thérapeutiques de l’ancienne plante de cannabis, dont les premiers enregistrements d’utilisation médicinale remontent à environ 2 700 ans avant JC, il est facile de tomber sur ses deux cannabinoïdes les plus populaires et les plus étudiés : CBD (Cannabidiol) et THC (Tétrahydrocannabinol) . ) et bien que ce dernier soit devenu populaire pour ses effets psychoactifs et son usage récréatif, il n’est pas en reste quant à ses possibles usages thérapeutiques.

Dans cet article, nous expliquerons en détail ce qu’est le THC, en quoi il diffère du CBD, comment il est produit, comment il agit dans notre corps et son utilité dans le domaine de la santé, en cherchant à donner une vision objective de ses effets et à réfuter les multiples mythes qui ont surgi sur ses effets. Alors, si vous souhaitez en savoir un peu plus sur ce sujet, nous vous invitons à poursuivre la lecture de l’article.

Qu’est-ce que le THC ?

Le tétrahydrocannabinol , connu scientifiquement sous le nom de « delta-9-tétrahydrocannabinol » ou « Δ9-THC » et communément abrégé en THC est un composé chimique naturel et l’un des plus de 100 cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis.

Les cannabinoïdes sont des composés chimiques biologiquement actifs ayant la capacité d’interagir avec un groupe de receveurs propre à notre corps constituant le système endocannabinoïde, ceux-ci peuvent être stimulés par des cannabinoïdes endogènes (produits par l’ organisme), des phytocannabinoïdes (issus de plantes de cannabis) ou encore par des cannabinoïdes synthétiques (réalisé en laboratoire).

Les cannabinoïdes les plus étudiés sont le THC, le CBN (cannabinol), le CBD (cannabidiol) et le CBG (cannabigerol). Ceux-ci sont similaires les uns aux autres, mais ont à leur tour des différences dans leur structure moléculaire qui leur permettent de stimuler différents récepteurs dans notre corps, générant ainsi des effets différents.

Même si un grand nombre de cannabinoïdes sont psychotropes, c’est-à-dire qu’ils ont une affinité pour le système nerveux central (SNC), seuls certains d’entre eux produisent une altération de l’état de conscience, étant classés comme psychoactifs, de sorte que les effets associés à leur L’utilisation variera en fonction des cannabinoïdes que nous utilisons, des concentrations et de la tolérance du consommateur à ceux-ci.

Nature ou origine du THC

Même si le cannabis est utilisé depuis des siècles pour ses propriétés médicinales, ce n’est qu’en 1964 que l’équipe du Dr Raphael Mechoulam a réussi à isoler et synthétiser le THC, entamant ainsi leurs recherches scientifiques. Pour mieux comprendre la nature du THC, il est important d’en savoir un peu plus sur ce qu’est le cannabis .

Le Cannabis est un genre végétal de la famille des Cannabacées . Parmi ses seules espèces Cannabis Sativa L , on trouve 3 sous-espèces : Cannabis sativa indica, Cannabis sativa ruderalis et Cannabis sativa sativa, dont les principales différences résident dans leur morphologie, leurs périodes de floraison et leur concentration en cannabinoïdes .

Il est à noter qu’actuellement en raison du grand nombre de croisements développés entre sous-espèces, il est quasiment impossible de rencontrer des plantes dont la génétique n’appartient qu’à un seul groupe, pour lequel il a été choisi de les différencier en fonction des caractéristiques phénotypiques de leur morphologie. , le type de floraison, sa teneur en THC, CBD et les caractéristiques de ses terpènes.

C’est pour cette raison que l’on trouve des plantes riches en THC utilisées à des fins récréatives ou médicinales, et des plantes à faible concentration en THC, qui sont utilisées pour la fabrication de produits dérivés du chanvre ou l’extraction de CBD ou d’autres cannabinoïdes comme le CBN ou CBG.

Il est important de noter que les concentrations de ces composés dans les plantes varient non seulement en fonction de leur génétique mais aussi en fonction de leur méthode de culture, de leur temps et de leurs processus de récolte et de séchage.

Différence avec le CBD

Le cannabidiol, bien qu’étant l’une des principales molécules biologiquement actives du cannabis, diffère du THC en ce qu’il n’a pas d’effets psychoactifs, c’est-à-dire qu’il peut agir sur les récepteurs du système endocannabinoïde sans produire d’altération de l’état de conscience.

Ces dernières années, diverses études ont suggéré que le CBD peut avoir des propriétés antagonistes lorsqu’il est utilisé avec le THC, démontrant un plus grand avantage pharmacologique dans les médicaments qui utilisent ces composants ensemble lors du traitement d’affections telles que la douleur chronique, réduisant ainsi les effets secondaires psychoactifs du THC indésirable, et améliorer son efficacité dans l’usage thérapeutique.

Comment le THC est-il produit ?

Le THC provient de la résine produite par les trichomes du cannabis. Cette résine est naturellement sécrétée par la plante comme mécanisme de protection contre les animaux herbivores et se trouve principalement dans les bourgeons des plantes femelles.

Il est important de noter que la plante de cannabis produit initialement du THCA (acide tétrahydrocannabinolique) qui est le précurseur du THC. Afin d’obtenir ce composé, le THCA doit subir un processus de décarboxylation qui se produit lentement pendant le séchage et l’exposition au soleil de la plante, mais qui est généralement accéléré en exposant la matière végétale séchée des bourgeons à la chaleur, généralement par un processus de combustion qui selon le type de consommation, cela peut passer par l’allumage de cigarettes, de pipes ou de vaporisateurs et même la cuisson au four pour créer des aliments avec du cannabis.

La quantité de THC que chaque plante produira dépendra de divers facteurs tels que la génétique de la souche, le substrat, les engrais, la taille, les températures, l’humidité, la durée de la période végétative, les moments de récolte, leur séchage. processus, le durcissement et enfin le processus de récolte utilisé, pouvant ainsi trouver des variations dans la concentration de THC de moins de 1% à 25%.

Le THC peut être utilisé de différentes manières selon que l’objectif est un usage récréatif ou médicinal, les produits les plus couramment utilisés étant les cigarettes, les vaporisateurs, les aliments, les capsules, les sprays et les teintures. Ainsi, on retrouve des présentations aussi simples que la fleur de la plante elle-même, à des extractions plus élaborées qui parviennent à isoler sélectivement le THC des autres molécules présentes dans la plante.

Comment le THC agit-il dans le corps ?

La raison pour laquelle les métabolites de la plante de cannabis tels que le THC ont la capacité de générer des effets dans notre corps est due à la présence d’un groupe de récepteurs présents dans diverses zones de notre corps qui constituent ensemble le système endocannabinoïde (SEC).

La SEC est présente chez tous les mammifères, y compris les humains. Ce système permet la communication intercellulaire à travers un groupe de récepteurs situés principalement dans le système nerveux central et le système immunitaire, les principaux et les plus étudiés étant les récepteurs CB1 et CB2.

Naturellement, le système endocannabinoïde agit en médiant les processus associés au plaisir, à l’appétit, à la mémoire, à la concentration, à la coordination, à la pensée, à l’anxiété, à la perception du temps et de l’espace, aux processus inflammatoires, à la douleur, à la récompense , aux processus homéostatiques du système gastro-intestinal et du système musculo-squelettique, entre autres. .

Tous ces processus sont obtenus par la production d’endocannabinoïdes (molécules produites par l’organisme qui stimulent la SEC) tels que l’ anandamide et le 2-arachidonylglycérol (2-AG) , qui ont des structures moléculaires très similaires au delta-9-tétrahydrocannabinol et au Cannabidiol, pour lesquels ils parviennent à coupler et stimuler les récepteurs CB1 et CB2.

Dans le prochain point, nous expliquerons plus en détail comment cette interaction du tétrahydrocannabinol avec les récepteurs cannabinoïdes produit des effets dans notre corps.‍

Anecdote : parmi les fonctions du récepteur CB1 se trouve la régulation de l’appétit, c’est pourquoi la consommation de THC augmente l’appétit, une découverte très utile pour les patients en perte d’appétit.

Effets du THC

Le THC, étant un phytocannabinoïde structurellement similaire à l’anandamide, interagit avec les récepteurs CB1 et CB2, produisant une grande variété d’ effets , principalement dans le système nerveux central et selon les zones stimulées.

Il est important de noter que s’agissant d’une molécule biologiquement active, elle n’est pas sans effets secondaires potentiellement indésirables, et l’incidence de ceux-ci dépend de divers facteurs tels que : la voie d’administration, la dose de THC, la configuration anatomique et métabolique. de l’individu qui le consomme.

Dans les domaines du système nerveux central et les effets que le THC peut produire, nous pouvons souligner :

  • Cortex cérébral : état de conscience altéré, distorsion de la mémoire à court terme. En cas d’empoisonnement grave, de délires et d’hallucinations.
  • Hypothalamus : augmentation de l’appétit, notamment pour les aliments sucrés et gras.
  • Tronc cérébral : diminution des nausées, diminution de la tension artérielle, tachycardie et somnolence.
  • Hippocampe : altération de la construction des souvenirs affectant la mémoire à long terme.
  • Cervelet : troubles de la coordination motrice.
  • Amygdale : favorise un état de relaxation, réduit l’anxiété, bien qu’en cas d’intoxication grave elle puisse générer de la paranoïa, des crises d’angoisse et des attaques de panique.
  • Système de récompense : production de la libération de dopamine.

Bien que le THC soit un composé aux propriétés psychoactives, cela ne diminue pas la valeur de ses propriétés thérapeutiques et ne doit donc pas être classé comme une substance négative ou dangereuse. Le Dr Tod Mikuriya , un psychiatre de renom qui a préconisé le cannabis et a été le pionnier de la consommation en Californie, a dit un jour :

” Nous devrions d’abord considérer le cannabis comme une drogue qui a des propriétés psychoactives, comme de nombreux médicaments, plutôt qu’une substance intoxicante qui a des propriétés thérapeutiques supplémentaires.”

THC utilise

En ce qui concerne le THC, il y a généralement peu de choses à dire sur son utilisation médicinale et beaucoup de choses à son sujet en tant que substance à des fins récréatives. Il est important de garder un regard objectif sur ce composé et d’étudier les preuves scientifiques sur ses utilisations médicinales pour vraiment comprendre quels avantages son utilisation pourrait apporter au-delà de la consommation récréative.

Utilisation thérapeutique du THC

Le cannabis est utilisé depuis des centaines et des milliers d’années pour ses propriétés médicinales, dont beaucoup sont précisément une conséquence de l’effet de ce phytocannabinoïde dans notre SEC.

Certaines des conditions avec le plus de preuves de l’utilisation médicinale du THC comme ressource pour le soulagement des symptômes sont :

  • La douleur chronique.
  • Douleur neuropathique.
  • Migraine
  • Nausées et vomissements induits par la chimiothérapie (CINV).
  • Anorexie associée aux patients atteints du VIH/SIDA et/ou de cancer.
  • Sclérose en plaques.
  • Épilepsie.
  • Fibromyalgie
  • La polyarthrite rhumatoïde.
  • Stress post traumatique.
  • Anxiété.
  • Démence et Alzheimer. 
  • La maladie de Parkinson.
  • Problèmes de sommeil.
  • Syndrome de la Tourette.
  • Apnée obstructive du sommeil.
  • Glaucome.
  • Lésion cérébrale traumatique / Hémorragie intracrânienne.

La fenêtre thérapeutique d’un médicament est définie comme l’intervalle entre la concentration minimale efficace et la concentration minimale toxique d’un médicament, cela signifie que cette fenêtre représente les concentrations plasmatiques dans lesquelles il est sécuritaire d’ utiliser un médicament et d’assurer leur efficacité.‍

Lorsque nous comparons la fenêtre thérapeutique du THC et du CBD, nous constatons que ce dernier a une fenêtre sensiblement plus large que le premier, ce qui se traduit par une plus grande gamme de doses où il peut être utilisé efficacement sans produire de toxicité. Cela reflète clairement que le dosage du THC est un problème qui doit être traité avec plus de soin lorsqu’on le compare au CBD.

Il existe sur le marché différentes présentations de médicaments qui utilisent comme principe actif, différant par leur origine (phytocannabinoïde ou cannabinoïde synthétique), leur concentration en THC, l’ajout d’autres molécules comme le CBD, leur présentation et voie d’administration.

L’un d’eux est le Sativex® (nabiximols), un médicament approuvé dans plus de 30 pays (dont le Mexique), qui est actuellement en cours d’approbation par la FDA. Il contient du THC et du CBD sous forme de phytocannabinoïdes (extraits directement de la plante) dans un rapport 1: 1.

Actuellement son utilisation est validée pour le traitement des pathologies suivantes : sclérose en plaques, douleurs neuropathiques, CINV, troubles du sommeil, polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, douleurs associées au cancer.

L’ effet entourage et l’effet thérapeutique

L’utilisation conjointe de THC, CBD, CBN, CBG et terpènes en tant que principes actifs a démontré une activité synergique pour le soulagement des affections, c’est pourquoi des médicaments tels que le Sativex® utilisent cet avantage afin d’améliorer les effets souhaités de le cannabidiol, le tétrahydrocannabinol et réduire les effets indésirables.

Cet effet synergique ou d’interaction entre les cannabinoïdes, les terpènes et d’autres composants de la plante de cannabis est connu sous le nom d'” effet entourage ” ou “effet entourage”, et bien qu’il s’agisse d’un sujet qui continue d’être développé, des études et des applications spécifiques ont suggéré les avantages qui peuvent avoir des produits avec un spectre complet (” spectre complet “ ) des composants végétaux comparés à des produits qui ne sont constitués que de molécules uniques.

Utilisation récréative du THC

Ce n’est un secret pour personne que la plante de cannabis est largement utilisée à des fins récréatives, se classant selon le Global Drug Survey 2020 comme la deuxième substance la plus consommée au monde après l’alcool.

Son utilisation à des fins récréatives et spirituelles est presque aussi ancienne que la plante elle-même, et son utilisation, comme l’affirment les documents historiques, est présente dans différentes sociétés à travers le monde depuis l’Antiquité.

Parmi les consommateurs récréatifs, le THC est généralement le cannabinoïde le plus recherché, étant celui qui génère principalement les effets psychoactifs souhaités, parmi lesquels :

  • Relaxation.
  • Euphorie.
  • Améliore l’humeur.
  • Créativité accrue.
  • Augmentation de l’appétit
  • Augmentation de la perception des stimuli.
  • Augmentation de la libido.
  • Somnolence.

Il convient de noter que les effets du cannabis sur l’état mental ne se limitent pas seulement au THC, son interaction avec d’autres cannabinoïdes et, comme cela a été récemment postulé, son interaction avec d’autres cannabinoïdes et terpènes , peut jouer un rôle important dans les effets psychoactifs. de sa consommation.

Contre-indications au THC

Avant l’approbation par la communauté scientifique des médicaments utilisant le tétrahydrocannabinol comme principe actif, des recherches ont été menées pour définir la sécurité de son utilisation et ses contre – indications , en mettant en évidence les éléments suivants :

  • Sensibilité au cannabis : Bien que rares, des cas d’allergies au cannabis ont été rapportés.
  • Femmes enceintes ou allaitantes : il a été démontré qu’il traverse la barrière placentaire et est excrété dans le lait maternel.
  • Personnes de moins de 25 ans : la consommation précoce de cannabis à haute teneur en THC est associée au développement de la dépendance et de la schizophrénie. 
  • Personnes atteintes d’hépatite C : son utilisation est associée à la progression vers la stéatose hépatique et la fibrose hépatique.
  • Personnes ayant un diagnostic de schizophrénie : outre les antécédents familiaux, la consommation de substances psychoactives favorise le développement de poussées psychotiques chez les patients psychiatriques ou prédisposés à ce type de pathologie.
  • Personnes ayant des antécédents de toxicomanie : risque de développer une consommation abusive de cannabis.
  • Personnes atteintes de maladies cardiovasculaires : des effets secondaires ont été rapportés chez des patients souffrant d’angine secondaire à une tachycardie et à une hypotension.
  • Utilisation conjointe avec de l’alcool, de la nicotine, des substances hallucinogènes ou des stimulants.
  • Utilisation concomitante avec certains médicaments : ils peuvent provoquer une augmentation de sa concentration dans le sang ou, au contraire, diminuer la concentration efficace du médicament.

Avec cela, nous pouvons analyser que bien que le cannabis médical et en particulier le THC offrent une alternative avec moins d’effets secondaires que les autres drogues utilisées aujourd’hui, ce n’est pas un traitement recommandé pour tous les types de patients et les interactions avec d’autres drogues et substances doivent toujours être prises en considération. .

Durée du THC dans le corps

La durée du THC dans le corps est une variable soumise à diverses conditions, il ne serait donc pas possible d’indiquer un nombre d’heures, de jours ou de semaines pendant lesquels nous cesserons de trouver ce composé dans notre corps. Cependant, on peut aborder les différents éléments qui influencent leur permanence et approximer une estimation de temps :

  • Niveaux de THC : à la fois récréative et médicinale, la concentration de THC contenue dans les fleurs de la plante ou le médicament à base de cannabis déterminera combien de temps il durera dans le corps.
  • La quantité de THC : plus la quantité utilisée est importante, plus le corps mettra de temps à le purifier.
  • La voie d’administration : les concentrations atteintes dans le sang dépendent directement de la façon dont nous consommons le THC et à son tour cette concentration va affecter le temps nécessaire à l’apparition de l’effet, sa durée et le temps d’excrétion.‍
  • Fréquence d’utilisation : ceci étant la variable la plus importante et étudiée, nous constatons qu’il existe une grande variabilité entre les nouveaux utilisateurs et les utilisateurs réguliers. Après la première utilisation, le THC peut rester dans le corps jusqu’à 4 jours, tandis qu’un utilisateur fréquent qui l’utilise plusieurs fois par jour le trouvera jusqu’à 3 mois.
  • Pourcentage de graisse corporelle : comme le THC est un composé liposoluble, il est stocké dans notre corps dans le tissu adipeux, de sorte que les personnes ayant un pourcentage de graisse corporelle plus élevé ont tendance à maintenir les concentrations de ce cannabinoïde plus longtemps que celles ayant une teneur en masse maigre plus élevée. .

Inversion des effets du THC

Bien qu’il n’y ait actuellement aucune recommandation spécifique sur la gestion de l’intoxication au THC et la plupart d’entre eux optent pour une gestion palliative des symptômes avec l’utilisation occasionnelle de benzodiazépines pour moduler l’anxiété.

Au fil des années, certaines études ont suggéré que d’autres composants de la plante tels que le CBD ou les terpènes peuvent agir comme des antagonistes spécifiques du THC, et ainsi diminuer fortement ses effets indésirables.

El estudio « Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects » , publicado por el Dr. Ethan Russo, realiza algunos vínculos que podrían ser de interés para entender cómo ciertos cannabinoides y terpenos pueden aliviar algunos de estos efectos no deseados, como par exemple:

  • Cannabidiol : il est postulé que lorsqu’il est utilisé à travers des teintures ou des huiles, il agit comme un antagoniste du THC, améliorant les symptômes associés aux effets psychoactifs de ce dernier.
  • Limonène : répandu dans le citron et d’autres agrumes, c’est l’un des terpènes les plus courants dans la nature et peut être trouvé dans la plante de cannabis. Il a été démontré qu’il avait des propriétés anxiolytiques et antidépressives dans des études sur des rats et des humains et pourrait diminuer les effets d’anxiété générés par le THC.
  • Pinène : très présent dans le pin, c’est le terpène que l’on retrouve le plus dans la nature. Il peut agir comme un inhibiteur de l’acétylcholinestérase, aidant à améliorer la concentration et à prévenir la perte de mémoire à court terme, un effet courant de l’intoxication au THC.

Bien que les effets de ces composants soient connus isolément, il n’y a pas un grand nombre d’études axées sur la compréhension de leurs effets synergiques avec le cannabis, de sorte que les preuves de ces interactions ne sont pas encore concluantes. Malgré cela, cette preuve est soulignée par certains membres de la communauté scientifique comme supportant que les dérivés du cannabis pourraient avoir des effets thérapeutiques supérieurs et contribuer à l’ effet d’entourage , lorsque tous ses composants sont utilisés.

Légalité du THC au Mexique

Concernant la situation juridique du THC au Mexique, le 12 janvier 2021, le « Règlement de la loi générale sur la santé sur le contrôle sanitaire pour la production, la recherche et l’utilisation médicinale du cannabis et de ses dérivés pharmacologiques ».

Ce règlement précise les dispositions réglementaires en vigueur concernant la production, l’importation, la transformation, la prescription et la vente du cannabis médicinal et de ses dérivés sur le territoire national.

Sur la base de cette législation, les médicaments contenant du THC sont légaux au Mexique, à condition qu’ils soient conformes aux exigences établies dans le règlement.

Toutes les personnes qui souhaitent acquérir une drogue dérivée du cannabis contenant du THC (et même du CBD), doivent demander une ordonnance signée par un professionnel de la santé qui dispose d’une ordonnance spéciale délivrée par COFEPRIS, et ledit produit ne peut être stocké que par des établissements qui ont les licences et permis requis conformément au Règlement.

Conclusion

Le THC est un composant aux multiples usages médicinaux qui ont été étayés par des preuves scientifiques et ont permis le développement de médicaments qui ont aujourd’hui des indications spécifiques pour le soulagement de diverses affections.

Pour autant, il ne faut pas oublier que le THC est une molécule biologiquement active, avec des effets sur notre état de conscience et une fenêtre thérapeutique étroite, son utilisation ne doit donc pas être prise à la légère et doit toujours être accompagnée de la recommandation d’un professionnel de santé.

Enfin, nous espérons que cet article a permis de mieux comprendre ce qu’est le THC, a encouragé les lecteurs à briser le tabou sur les produits dérivés du cannabis et à les promouvoir comme alternative aux soins de santé.