Le système endocannabinoïde : tout ce que vous devez savoir


Le système endocannabinoïde fait partie du système de communication intercellulaire et est de plus en plus étudié pour la variété des processus physiologiques qu’il régule.

introduction

L’organisme humain fonctionne comme une machine parfaite, dans laquelle chaque partie est en communication avec les autres pour maintenir tous ses processus synchronisés et en équilibre. C’est précisément l’étude des systèmes que notre corps utilise pour communiquer en interne qui nous a permis de mieux comprendre comment il fonctionne et comment il est affecté par la consommation de certains aliments, médicaments et autres substances.

En étudiant la manière dont le cannabis influence la communication intercellulaire dans notre corps, une série de molécules endogènes ont été découvertes qui interagissent les unes avec les autres pour donner lieu à des effets similaires à ceux de cette plante, sans qu’il soit nécessaire de la consommer. Ces molécules sont collectivement appelées le système endocannabinoïde , et il est de plus en plus étudié en raison de la grande variété de processus physiologiques qu’il régule.

Il existe de multiples produits thérapeutiques qui agissent dans ce système, et qui peuvent représenter un complément dans le soulagement des symptômes de certaines affections. Ensuite, nous décrirons comment ce système fonctionne et comment il interagit avec diverses substances ; Si vous voulez connaître l’essentiel du système endocannabinoïde, lisez la suite.

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ?

Le corps humain est composé de milliards de cellules qui, bien qu’étant des unités fonctionnelles individuelles, dépendent de l’interaction avec leurs pairs pour survivre et mener à bien leurs processus physiologiques. Ces interactions se produisent à travers un système de communication intercellulaire complexe, grâce auquel les cellules peuvent connaître les besoins de leurs pairs, ainsi que se préparer à interagir avec l’environnement auquel notre corps est exposé.

Le système endocannabinoïde (SEC) fait partie de ce système de communication intercellulaire complexe, constituant notamment un système de neurotransmission, bien qu’il ne se trouve pas exclusivement dans le système nerveux central.

Dans son nom on retrouve le préfixe endo, qui signifie « à l’intérieur » ou « à l’intérieur », et fait référence au fait que les molécules qui le composent sont synthétisées par notre corps de manière physiologique, les endocannabinoïdes.

La communication intercellulaire que permet le SEC se produit grâce à l’interaction des molécules qui composent ce système : les endocannabinoïdes , qui agissent comme des ligands endogènes (molécules qui par leur structure s’adaptent au site actif du récepteur) ; les récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) ; et les enzymes responsables de la synthèse et de l’élimination des endocannabinoïdes . Cette interaction génère une réponse au niveau cellulaire, qui se traduit par des variations de la fonction de l’organe sur lequel agissent ces molécules. Ainsi, on peut comprendre que les endocannabinoïdes ont autant de fonctions sur le corps que d’emplacements ont leurs récepteurs dans les tissus qui le composent, comme nous le détaillerons plus tard.

De plus, le SEC a la particularité de ne pas fonctionner comme la plupart des systèmes de neurotransmission, dans lesquels la cellule présynaptique libère un neurotransmetteur qui se lie aux récepteurs présents dans la cellule postsynaptique, et c’est dans cette dernière qu’il se produit une réponse cellulaire, soit excitatrice. ou inhibiteur.

En ce sens, les endocannabinoïdes fonctionnent comme des neuromodulateurs, car ils sont libérés de la cellule postsynaptique en réponse à un stimulus (par exemple, la liaison d’un neurotransmetteur avec son récepteur), et ils se lient à leurs récepteurs spécifiques dans la cellule présynaptique, dans laquelle inhiber la libération de plus de neurotransmetteurs. Ainsi, on voit que le SEC joue un rôle important dans le maintien de l’équilibre au niveau de la transmission de l’influx nerveux .

Histoire et découverte du système endocannabinoïde

Le SEC est si ancien et si largement répandu que nous pouvons le trouver chez tous les mammifères qui habitent la Terre, y compris les humains. Cependant, son existence n’a été proposée qu’en 1988, lorsque William Devane et son équipe ont identifié et caractérisé un récepteur membranaire à haute affinité pour les cannabinoïdes psychotropes (tels que le tétrahydrocannabinol ou le THC) dans le cerveau des rats. En 1990, ce récepteur a été isolé chez l’homme par Lisa Matsuda et son équipe, et a été nommé récepteur cannabinoïde 1 (CB1 en abrégé).

Dans les années suivantes, le reste des molécules qui font partie de ce système ont été découverts, de sorte qu’en 1995 on connaissait déjà l’existence des récepteurs CB2 (isolés pour la première fois en 1993) et des deux principaux endocannabinoïdes : l’ anandamide ( AEA) en 1992 et 2-arachidonylglycérol (2-AG) en 1995.

Le fait de connaître ce système depuis seulement 30 ans environ a conduit à un boom récent des études qui cherchent à donner aux phytocannabinoïdes (c’est-à-dire les cannabinoïdes de la plante de cannabis) une application thérapeutique, basée sur l’interaction pharmacologique qu’ils ont la même avec le récepteurs de ce système.

Les récepteurs du système endocannabinoïde et leur emplacement

Les systèmes nerveux et endocrinien ont des caractéristiques communes : ils sont largement distribués dans l’organisme et fonctionnent grâce à l’interaction de ligands avec leurs récepteurs spécifiques. Ces récepteurs sont, pour la plupart, des molécules ancrées aux membranes des cellules du corps et, une fois qu’un ligand spécifique s’y lie, un effet ou une réponse particulière se produit. Les récepteurs ECS, étant un système de neurotransmission, agissent de la même manière.

Récepteurs endocannabinoïdes

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le SEC possède deux principaux récepteurs cannabinoïdes : les récepteurs CB1 , qui se trouvent principalement dans le système nerveux central, et les récepteurs CB2 , qui se trouvent principalement à la périphérie. Cependant, certaines études récentes suggèrent que le récepteur GPR55 (acronyme de « G-protein-coupled receptor 55 »), ainsi que le récepteur GPR18 (G-protein-coupled receptor 18) et certains sous-types de récepteurs PPAR (acronyme de « receptor -activated receptor peroxysome proliferators’), pourraient être impliqués dans ce système, médiateurs d’effets qui ne pourraient être expliqués par l’activation des récepteurs CB1 et CB2.

Les récepteurs endocannabinoïdes fonctionnent comme une serrure, tandis que les cannabinoïdes endogènes seraient la clé qui s’intègre parfaitement dans cette serrure et qui peut donc générer une réponse lors de l’interaction avec elle. Cependant, les endocannabinoïdes ne sont pas les seules molécules qui peuvent provoquer une réponse en se liant aux récepteurs endocannabinoïdes. Les cannabinoïdes exogènes, tels que les phytocannabinoïdes, ont la capacité d’activer ces récepteurs par le même mécanisme que les endocannabinoïdes, car leur structure moléculaire (c’est-à-dire leur forme tridimensionnelle) est similaire à celle de ceux-ci.

En revanche, il est intéressant de noter que le cannabidiol (CBD), l’un des phytocannabinoïdes qui a été le plus étudié pour ses possibles effets thérapeutiques, a très peu d’affinité pour les récepteurs endocannabinoïdes. Il a été montré que ce composé interagit avec d’autres récepteurs, tels que le récepteur (5-HT1A) de type 1A sérotoninergique, auquel l’effet anxiolytique est associé ; et le potentiel transitoire des récepteurs vanilloïdes (TRPV1), ce qui explique son potentiel anti-inflammatoire et analgésique.

Emplacement des récepteurs endocannabinoïdes

Les récepteurs du système endocannabinoïde se trouvent dans de nombreux systèmes, organes et tissus du corps humain. Les différents types de récepteurs endocannabinoïdes ont des emplacements particuliers, comme décrit ci-dessous :

  • Emplacement des récepteurs CB1. Ceux-ci sont distribués dans le système nerveux central, les poumons, le système vasculaire, le tissu adipeux, les muscles squelettiques, le système gastro-intestinal et le système reproducteur. Particulièrement dans le système nerveux central, ces récepteurs sont présents, dans une plus grande mesure, dans l’hippocampe, les noyaux gris centraux, le cortex et le cervelet; et dans une moindre mesure, dans les amygdales, l’hypothalamus, le noyau accumbens, le thalamus et la moelle épinière.
  • Emplacement des récepteurs CB2. Ceux-ci se trouvent dans la rate, les os, la peau et le système nerveux central, mais contrairement aux récepteurs endocannabinoïdes CB1, ils sont exprimés dans les astrocytes (cellules qui fournissent un soutien mécanique et métabolique aux neurones) et dans la microglie (cellules responsables de la médiation des processus inflammatoires dans le système nerveux central).
  • Emplacement commun CB1 et CB2. Les deux récepteurs ont été trouvés dans différentes cellules du système immunitaire (y compris les neutrophiles, les macrophages et les lymphocytes), dans le foie, dans la moelle osseuse et dans le pancréas.

Dans l’image suivante, vous pouvez voir cette distribution différentielle des récepteurs endocannabinoïdes dans les différents organes et tissus du corps.

Endocannabinoïdes

Malgré le fait que l’ECS ait été découvert en étudiant les effets des phytocannabinoïdes dans le corps, il existe des molécules produites par notre propre corps qui stimulent les récepteurs qui composent ce système.

Comme nous l’avons déjà mentionné, ces molécules sont appelées endocannabinoïdes, et celles qui ont été les plus étudiées sont l’ anandamide (AEA) et le  2-arachidonylglycérol (2-AG) . D’autres endocannabinoïdes comprennent la virodamine, la palmitoyléthanolamine, l’éther de noladine et la N-arachidonyl dopamine.

Ces composés sont des acides gras dérivés des phospholipides de la membrane cellulaire, en particulier l’acide arachidonique, un composé impliqué dans la synthèse de multiples médiateurs inflammatoires, tels que les prostaglandines et les leucotriènes. En raison de leur composition lipidique, les endocannabinoïdes ne peuvent pas être stockés à l’intérieur des cellules comme les neurotransmetteurs classiques, mais sont synthétisés à la demande (c’est-à-dire en réponse à un stimulus) et rapidement métabolisés par des enzymes spécifiques : acide amide hydrolase (FAAH) et monoacylglycérol. lipase (MAGL), entraînant un effet bref et localisé.

Il est important de noter que les endocannabinoïdes n’exercent pas seulement leurs effets en interagissant avec les récepteurs endocannabinoïdes. Par exemple, certaines études indiquent que l’AEA, en plus d’avoir une affinité pour le récepteur CB1, peut stimuler les récepteurs TRPV1 ; et que la palmitoyléthanolamine agirait sur un récepteur similaire à CB2, mais pas sur CB1 ou CB2.

Fonctions du système endocannabinoïde

Les fonctions que remplit le SEC dans notre corps sont aussi diverses que les endroits où nous pouvons le trouver. Ce système influence les processus d’homéostasie (équilibre métabolique) de différents organes et systèmes, remplissant des fonctions telles que :

  • Système nerveux central : de par sa localisation, il a été démontré qu’il participe au contrôle du mouvement, à la réponse au stress et à la douleur, et à la régulation de processus tels que le sommeil, les nausées et l’appétit. De plus, en tant que modulateur de la transmission synaptique et en raison de son rôle dans l’approvisionnement énergétique des neurones, il a un caractère neuroprotecteur dans les processus hypoxiques-ischémiques et neurodégénératifs (tels que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer). Il joue également un rôle important dans les processus de neuroplasticité associés à l’apprentissage, à la mémoire et au développement neurologique.
  • Système immunitaire : module la réponse immunitaire, atteignant à de faibles concentrations un immunostimulant et, à des concentrations élevées, un immunosuppresseur.
  • Système cardiovasculaire : favorise la vasodilatation, puisqu’il agit comme un modulateur de la libération des catécholamines (molécules de la famille de l’adrénaline qui produisent une vasoconstriction).
  • Perception de la douleur : en interagissant avec les récepteurs TRPV1, associée à la sensation de stimuli douloureux.
  • Médiation de la mort cellulaire : elle induit l’apoptose (mort cellulaire programmée), mécanisme utilisé par notre organisme pour éliminer les cellules présentant des mutations et des réplications aberrantes, comme les cellules cancéreuses.
  • Système gastro-intestinal : influence la production hépatique d’acides gras et leur stockage. Il est à noter que, selon certaines études , ce système joue un rôle important dans la vasodilatation splanchnique postprandiale qui permet l’absorption des nutriments lors de la digestion.
  • Système neuroendocrinien : le système nerveux, en particulier l’hypothalamus, régule le système endocrinien en libérant des neurohormones dans la circulation sanguine, qui sont responsables de la régulation de l’appétit et des processus métaboliques au niveau du foie. La présence de récepteurs endocannabinoïdes dans ces zones du cerveau indique que le SEC est également impliqué dans la régulation de ces processus physiologiques.
  • Allaitement : il est responsable de l’initiation et du maintien de la lactation, ce qui a été prouvé par la présence de concentrations importantes d’anandamide et de 2-AG dans le lait maternel.
  • Système reproducteur : joue un rôle dans la formation du sperme, un processus qui facilite la fécondation de l’ovule et assure qu’il est monospermatique (c’est-à-dire qu’un seul spermatozoïde se joint à un seul ovule). De plus, il intervient dans le processus d’implantation de l’embryon dans l’utérus après la fécondation, à travers un processus associé à une augmentation de l’activité FAAH et à la diminution conséquente de l’AEA.‍

Comment le cannabis interagit-il avec le système endocannabinoïde ?

Ce n’est un secret pour personne que la plante de cannabis est capable de produire des effets dans le corps. Cela se produit grâce à l’ interaction des phytocannabinoïdes avec les récepteurs cannabinoïdes endogènes , bien qu’ils ne soient pas les seules molécules biologiquement actives, produites naturellement par la plante de cannabis, qui produisent ces effets. Certaines études suggèrent que les terpènes , molécules principalement associées à l’odeur et au goût des plantes de cannabis, pourraient jouer un rôle important dans la manière dont le cannabis agit sur notre système endocannabinoïde, pouvant générer des variations dans ses effets.

Il y a plus de 100 cannabinoïdes dans la plante de cannabis, mais les plus étudiés sont le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol), donc ci-dessous nous expliquerons comment chacun d’eux interagit avec le SEC.

THC

Le tétrahydrocannabinol (THC) est le cannabinoïde responsable de l’effet psychoactif du cannabis, agissant principalement sur le récepteur CB1 et dans une moindre mesure sur le CB2. En raison de la localisation de ces récepteurs, et des caractéristiques d’affinité qu’il a avec eux, ses effets se feront principalement au niveau du système nerveux central.

Actuellement, ce composé est utilisé pour diverses applications thérapeutiques , notamment : les douleurs chroniques et neuropathiques, les migraines, l’anorexie associée au VIH/SIDA ou au cancer, les nausées et vomissements induits par la chimiothérapie, l’épilepsie, la sclérose en plaques, le stress post-traumatique, l’anxiété et les troubles de le rêve, entre autres.

CBD

Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde non psychoactif qui agit indirectement dans le SEC, car il a peu d’affinité pour les récepteurs CB1 et CB2. Ce composé exerce ses actions, principalement, par sa liaison avec des récepteurs tels que 5-HT1A, TRPV1 et GPR55, comme décrit précédemment.

Il est important de noter que le CBD et le THC interagissent en synergie avec d’autres cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes, dans un phénomène connu sous le nom d’ effet d’entourage , qui est censé améliorer ses propriétés thérapeutiques, et même moduler les effets indésirables associés au THC. . Cela a suscité un débat sur les avantages du spectre complet vs. le reste (composés purifiés et cannabinoïdes synthétiques).

Médicaments qui agissent sur le système endocannabinoïde

Après la découverte de l’ECS, il n’a pas fallu longtemps pour que des médicaments capables d’interagir avec ses récepteurs apparaissent afin de produire un effet bénéfique sur la santé. Bien que certains d’entre eux aient été abandonnés, d’autres ont montré leur équivalence, voire leur supériorité thérapeutique par rapport à d’autres médicaments utilisés pour traiter les mêmes affections. Parmi eux, se distinguent les suivants :

Rimonabant

Ce fut l’un des premiers médicaments développés pour interagir avec le SEC. Son objectif était de bloquer sélectivement les récepteurs CB1, associés à une augmentation de l’appétit, pour aider à la perte de poids chez les patients obèses. Bien qu’il s’agisse d’un médicament qui s’est avéré efficace pour la perte de poids, sa vente a dû être interrompue en raison de ses effets secondaires, car il était associé au développement de la dépression et à un risque accru de suicide chez ses utilisateurs.

Epidiolex

C’est le premier médicament officiellement approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis qui utilise des dérivés directs de la plante de cannabis, en l’occurrence le CBD. Son utilisation a été approuvée pour la gestion de l’épilepsie réfractaire au traitement, comme le syndrome de Dravet et le syndrome de Lennox-Gastaut.

Sativex

C’est une drogue qui contient du THC et du CBD dans un rapport 1: 1, directement à partir du cannabis. C’est le deuxième médicament du genre dans le processus d’approbation de la FDA, et son utilisation est actuellement approuvée dans plus de 30 pays pour le traitement de la sclérose en plaques, des douleurs neuropathiques, des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie, des troubles du sommeil, de la polyarthrite rhumatoïde, de la fibromyalgie et douleur cancéreuse.

Dronabinol et Nabilone

Les deux drogues sont des cannabinoïdes synthétiques, des analogues du THC, qui interagissent avec les récepteurs CB1 et CB2 ; à la différence que, étant une molécule isolée, ils ne bénéficient pas de l’ effet entourage . Son utilisation a été approuvée pour le traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie et de la perte d’appétit et de poids chez les patients atteints du VIH/SIDA et du cancer.

Conclusion

Nous commençons tout juste à comprendre le fonctionnement des endocannabinoïdes et toutes les implications thérapeutiques qui pourraient être associées à la stimulation de leurs récepteurs. Trente ans de connaissance de ce système ne suffisent pas, et d’autres études sont encore nécessaires pour déterminer avec précision tous les processus dans lesquels il intervient.

Cependant, les preuves recueillies jusqu’à présent montrent qu’il existe certaines conditions qui peuvent être atténuées avec l’utilisation de produits dérivés du cannabis ; et que ces effets bénéfiques sont médiés par l’interaction desdits produits exogènes avec notre propre système cannabinoïde interne.