Biodisponibilité du CBD : concept et importance


Découvrez l’importance de la biodisponibilité du CBD, afin que vous puissiez choisir le produit et la méthode de consommation qui correspondent le mieux à vos besoins.

introduction

Au cours des dernières décennies, une grande importance a été accordée aux effets thérapeutiques de la plante Cannabis sativa et à l’efficacité possible des différentes méthodes d’administration. Cela a conduit l’industrie du cannabis à formuler une variété de produits à base de composés du cannabis (principalement des cannabinoïdes et des terpènes), notamment des huiles, des teintures, des patchs nasaux et des sprays, pour n’en nommer que quelques-uns ; Car chacun d’eux génère un effet différent en termes de durée et d’intensité.

La méthode de consommation du cannabidiol (CBD), l’un des cannabinoïdes les plus abondants dans la plante de cannabis, détermine la puissance et la durée de l’effet qu’il provoquera. En effet, chaque formulation a une biodisponibilité différente et, par conséquent, fournit une proportion différente du composé actif, puisque chacun est absorbé et utilisé de différentes manières par notre corps. Ainsi, chaque formulation aura des avantages et des inconvénients pour le soulagement d’une maladie particulière.

En raison de ce qui précède, des études ont été menées pour déterminer quelle voie d’administration est la plus efficace pour obtenir les avantages thérapeutiques du cannabis sans avoir besoin d’en utiliser de fortes doses. Ci-dessous, nous expliquerons quelques concepts de la pharmacologie du CBD et comment ils modifient l’effet des différentes présentations de ce cannabinoïde.

Qu’est-ce que la biodisponibilité ?

La biodisponibilité est un concept clé dans l’étude des médicaments. Ceci est défini comme la partie du médicament qui atteint la circulation systémique inchangée après avoir été administrée par n’importe quelle voie, et qui est capable d’exercer ses effets sur le corps. En termes plus simples, c’est la fraction de la drogue que notre corps parvient à absorber et à utiliser . Par conséquent, plus la biodisponibilité d’un médicament est élevée, plus la dose nécessaire pour obtenir l’effet attendu est faible.

Pour que le cannabidiol (CBD), l’un des composants les plus étudiés de la plante Cannabis sativa , exerce ses effets thérapeutiques sur les différents organes et tissus de notre corps, il doit d’abord atteindre notre sang dans son intégralité. Par conséquent, il est important de comprendre les deux principaux facteurs qui affectent sa biodisponibilité :

1. Le degré d’absorption

Dans de nombreux cas, lorsqu’un médicament est administré, le corps n’est pas en mesure de l’absorber complètement. Le pourcentage du médicament qui peut être absorbé est celui qui atteint la circulation sanguine, et cela variera en fonction de la voie d’administration et des caractéristiques biochimiques de la substance, comme nous l’expliquerons plus tard.

2. Élimination par métabolisme de premier passage

Lorsque les médicaments sont administrés par voie orale, ils traversent le tractus gastro-intestinal pour être absorbés dans l’intestin, d’où ils traversent la circulation porte jusqu’au foie et atteignent finalement la circulation systémique. L’effet de la première étape se produit lorsque la substance ingérée est soumise à des processus métaboliques dans l’intestin et/ou dans le foie, en éliminant une fraction plus ou moins grande, ce qui diminue sa biodisponibilité.

Donc, sur la quantité de CBD consommée, quelle quantité le corps absorbe-t-il réellement ? Cela dépendra de la présentation et des caractéristiques du produit, car à partir de chacun des fractions différentes de ce cannabinoïde sont obtenues dans la circulation sanguine.

En d’autres termes, chaque produit CBD aura une biodisponibilité particulière, donc chaque formulation a une capacité thérapeutique différente.

Afin de mieux comprendre comment la biodisponibilité du CBD varie dans l’organisme, il est essentiel de savoir comment ce composé pénètre, est distribué, métabolisé et éliminé de notre organisme. L’étude de tous ces processus est envisagée en pharmacocinétique .

La pharmacocinétique du CBD

La pharmacocinétique est le domaine de la pharmacologie qui étudie les processus qui compromettent l’entrée, la distribution et la sortie d’un médicament du corps. Grâce à ces éléments, la biodisponibilité de toute substance, y compris le CBD, peut être comprise.

Dans ce qui suit, nous expliquerons brièvement comment les variables étudiées par la pharmacocinétique affectent la quantité de CBD que le corps peut utiliser :

Absorption

Elle consiste en l’entrée d’un médicament dans l’organisme, qui est étroitement liée à la voie par laquelle il est administré et affecte directement la biodisponibilité. Elle est principalement affectée par deux éléments : les caractéristiques des membranes cellulaires que la substance doit traverser pour atteindre la circulation sanguine et les caractéristiques biochimiques du médicament, qui peuvent faciliter ou ralentir son passage à travers les cellules.

De manière générale, une substance soluble dans l’eau (soluble dans l’eau) aura plus de mal à traverser la membrane lipidique d’une cellule qu’une substance liposoluble (soluble dans les lipides).

Le CBD est une substance lipophile (à forte affinité pour les acides gras), élément de passage à travers les membranes cellulaires. Cependant, l’absorption du CBD est principalement affectée par la voie d’administration utilisée, celle-ci étant la variable la plus déterminante dans l’évolution de sa biodisponibilité.

Distribution

Il s’agit de la façon dont le corps distribue les médicaments dans ses différents compartiments, organes et tissus.

Toutes les substances que le corps absorbe et pénètre dans la circulation sanguine ne sont pas distribuées de manière égale. Cela dépendra de facteurs tels que sa solubilité ou sa liaison aux protéines plasmatiques. Le CBD, en raison de sa nature liposoluble et de sa forte liaison aux protéines, peut facilement atteindre divers organes de notre corps, en particulier le cerveau.

Métabolisme

Il se compose des changements que le corps subit le médicament. Ceux-ci sont développés principalement pour favoriser les processus d’élimination ou, à certaines occasions, l’activation de certains médicaments qui sont absorbés de manière inactive.

Le CBD est très vulnérable à l’élimination par métabolisme de premier passage, où le foie convertit la plupart de ses molécules en métabolites inactifs lorsqu’il est ingéré par voie orale.

De plus, il est important de mentionner que le CBD inhibe l’activité d’un ensemble d’enzymes de la famille du cytochrome p450, parmi lesquelles se distingue le CYP2C9, une enzyme responsable du métabolisme des médicaments anti-inflammatoires, antihypertenseurs, anticoagulants et anticonvulsivants. C’est un point très important à prendre en compte, car l’utilisation conjointe de CBD avec ces médicaments pourrait conduire à en atteindre des doses toxiques.

Excrétion

Il s’agit de la façon dont le corps élimine le médicament. En général, cela se fait dans une plus grande mesure par l’urine et les fèces, en fonction principalement des caractéristiques de solubilité de la substance. En raison de la nature lipophile du CBD, son excrétion se produit principalement dans les fèces et, dans une moindre mesure, par l’urine.

Le temps qu’il faut à l’organisme pour réduire de moitié la concentration sanguine d’un médicament est ce qu’on appelle la demi-vie, et il dépend directement du processus d’excrétion du médicament. De plus, c’est un paramètre extrêmement important pour décider à quelle fréquence une dose du médicament doit être administrée. Dans le cas du CBD, sa demi-vie varie selon la voie d’administration utilisée, mais elle est estimée à environ 2 à 5 jours chez les personnes qui en font un usage chronique.

Voies administratives

La biodisponibilité du CBD est directement altérée par la voie d’administration choisie, ainsi que par la concentration de CBD dans le produit utilisé et qu’il soit à spectre complet ou non . Théoriquement, la voie intraveineuse est la plus efficace, puisqu’elle atteint 100 % de biodisponibilité (tout le médicament administré atteint la circulation périphérique inchangé). Cependant, il n’existe pas de formulations pour l’administration intraveineuse de CBD à des fins thérapeutiques.

Il est donc important de connaître les niveaux de biodisponibilité offerts par les différentes présentations disponibles de ce cannabinoïde :

Oralement

Bien qu’il s’agisse de la voie d’administration préférée pour la plupart des médicaments, ce n’est peut-être pas le cas pour le CBD, qui a une faible biodisponibilité orale d’environ 6 % . C’est une conséquence du métabolisme de premier passage du foie, qui est assez élevé pour le CBD et la plupart des cannabinoïdes. Certaines études suggèrent que, dans une moindre mesure, la faible biodisponibilité orale du CBD peut être attribuée à sa destruction dans l’estomac, et à une mauvaise absorption intestinale associée à sa nature hydrophobe (non soluble dans l’eau). Par cette voie, la demi-vie du CBD est d’environ 1 à 2 heures .

Parcours sublingual

C’est la voie par laquelle l’huile de CBD et les teintures sont administrées. En effet, en étant absorbé dans les capillaires de la muqueuse buccale, en contournant le tractus gastro-intestinal, le métabolisme de premier passage est évité et des taux sanguins de CBD plus élevés peuvent être atteints par rapport à l’administration orale. De plus, la demi-vie dans ce cas est très variable, se situant entre 1,5 et 11 heures .

Bien qu’il n’existe actuellement aucun chiffre exact ou approximatif de la biodisponibilité du CBD après administration sublinguale chez l’homme, des études sur l’utilisation de ce cannabinoïde dans la muqueuse nasale des animaux ont trouvé une biodisponibilité comprise entre 34 et 46 %.

Voie d’inhalation

La vaporisation du cannabis à travers des appareils qui atteignent des températures oscillant autour de 160-240ºC, permet d’absorber le CBD à travers les capillaires alvéolaires (au niveau des poumons), évitant l’effet de la première étape, atteignant ainsi des concentrations plus élevées de ce cannabinoïde dans la circulation systémique . Les niveaux de biodisponibilité du CBD ont été calculés avec l’utilisation de vaporisateurs qui varient dans une fourchette comprise entre 10 et 60 % , en fonction de la qualité de l’appareil utilisé et de facteurs tels que la profondeur de la respiration et le temps pendant lequel la respiration est maintenue. après avoir inhalé la vapeur.

Voie transdermique

Comme la vaporisation et l’administration de préparations sublinguales de CBD, cette voie permet d’éviter l’effet de premier passage. Des études chez l’animal ont mis en évidence l’utilité de l’administration transdermique de cannabidiol et d’autres cannabinoïdes qui, en raison de leur absorption lente, n’atteignent pas des pics de concentrations sanguines potentiellement toxiques et, à leur tour, permettent de maintenir des niveaux suffisamment élevés dans le sang pour maintenir un effet thérapeutique prolongé. effet. Malheureusement, il n’existe actuellement aucune étude qui quantifie la biodisponibilité du cannabidiol administré par cette voie chez l’homme.

Autres facteurs qui influencent la biodisponibilité du CBD

Même si la biodisponibilité après administration orale de CBD est significativement faible, pour beaucoup, c’est le moyen le plus pratique de consommer un médicament. Pour cette raison, la communauté scientifique a étudié certains mécanismes grâce auxquels la concentration de ce cannabinoïde dans le sang peut être améliorée après son ingestion.

Solubilité dans l’eau

La nature hydrophobe du CBD, et des cannabinoïdes en général, représente une limitation de son absorption, notamment dans les présentations qui utilisent la voie orale. C’est pourquoi les mécanismes qui parviennent à augmenter sa solubilité dans l’eau sont efficaces pour augmenter la biodisponibilité orale.

Il existe des présentations de CBD en émulsion (mélange de deux liquides non solubles l’un dans l’autre) et de liposomes (bicouches lipidiques à faces externes hydrosolubles et internes hydrophobes qui contiennent une substance), qui augmentent la solubilité dans l’eau de ce cannabinoïde. Des études humaines ont prouvé que l’administration orale de CBD encapsulé dans des liposomes permet une biodisponibilité environ 17 fois supérieure à sa présentation nue.‍

Ingestion avec des lipides

Une autre alternative qui a été étudiée pour augmenter la biodisponibilité orale du CBD est son apport en conjonction avec des aliments riches en graisses, ou dans des formulations contenant des acides gras. Il a été démontré que de cette manière, des concentrations sanguines plus élevées sont atteintes et la demi-vie est prolongée d’environ 1 heure, par rapport à l’utilisation à jeun.

Conclusion

La biodisponibilité du CBD est un aspect qui doit être pris en compte lors du choix de la présentation du cannabis médicinal qui sera la plus utile pour soulager une affection spécifique. Pour cela, il faut considérer qu’à l’heure actuelle, les deux manières les plus efficaces de consommer du cannabidiol en termes de biodisponibilité sont la vaporisation et l’utilisation d’huiles sublinguales.

Il est important de garder à l’esprit la vitesse de l’effet et la demi-vie qu’offrent ces deux présentations. En vaporisant, vous pouvez obtenir un effet plus rapide, idéal pour les situations aiguës telles que les crises d’angoisse, ou l’intensification soudaine de la douleur chronique ; mais avec l’inconvénient que son effet dure peu de temps, et que la vaporisation du cannabis peut avoir des effets néfastes sur les poumons et le système respiratoire. D’autre part, lors de l’utilisation d’huiles sublinguales, nous n’avons pas l’immédiateté de la voie inhalée, mais elle est plus rapide que lorsqu’elle est consommée par voie orale et permet un effet durable dans le temps, ce qui est idéal pour l’utilisation médicinale continue du cannabidiol.

Enfin, les présentations orales, malgré une faible biodisponibilité parmi le groupe des produits CBD, subissent actuellement des changements et des adaptations qui pourraient augmenter leur absorption intestinale et, par conséquent, améliorer leur biodisponibilité.